La campagne des Roses pour mettre fin à la violence faite aux femmes.

  • Nous nous souvenons des femmes qui ont perdu leurs vies le 6 décembre 1989:
  • Geneviève Bergeron
  • Hélène Colgan
  • Nathalie Croteau
  • Barbara Daigneault
  • Anne-Marie Edward
  • Maud Haviernick
  • Maryse Laganière
  • Maryse Leclair
  • Anne-Marie Lemay
  • Sonia Pelletier
  • Michèle Richard
  • Annie St-Arneault
  • Annie Turcotte
  • Barbara Klucznik-Widajewicz

La Campagne des roses pour mettre fin à la violence faite aux femmes

Du 25 novembre, Journée internationale pour mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles, au 6 décembre, notre Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, la Campagne des roses de YWCA Canada sensibilise le public sur la violence envers les femmes et les filles et sur le besoin d’agir. Elle tire son nom du macaron de la rose, créé à la suite du massacre de 14 jeunes femmes le 6 décembre 1989 à l’École Polytechnique de Montréal. 

En 1989, on pouvait lire sur le premier macaron : « Se souvenir pour agir ». 

En 2016, on trouve de la violence envers les femmes et les filles dans les nouvelles, sur les médias sociaux et dans nos sources de divertissement. De l’élection présidentielle américaine à la remarque « Pourquoi n’avez-vous pas seulement serré les genoux? » du juge Robin Camp, l’opinion publique en matière d’agression sexuelle continue d’excuser les agresseurs et de rejeter la responsabilité sur leurs victimes. La Campagne des roses 2016 appuie le mouvement pour le changement avec le mot-clic #Neblâmezpaslavictime

La Campagne des roses rend hommage aux femmes et aux filles des Premières Nations, métisses et inuites disparues et assassinées. #Neblâmezpaslavictime exige que la police réagisse rapidement aux signalements de disparition de femmes et de filles autochtones et que les enquêtes et les poursuites soient menées avec le soin qu’elles sont en droit de recevoir.

La Campagne des roses 2016 est fière de soutenir les 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmesde l’Organisation des Nations Unies, orchestrés au Canada par Women in International Security (femmes en sécurité internationale), en partenariat avec l’Association des femmes autochtones du Canada et le Réseau canadien des maisons d’hébergement pour femmes.

AGISSEZ

Envoyez un tweet à votre député.e et demandez-lui de lutter contre les blâmes adressés aux femmes victimes d’agression sexuelle dans le système juridique en utilisant le mot-clic #Neblâmezpaslavictime.

Faites un don afin de mettre un terme à la violence envers les femmes et les filles.

Éclairons la nuit pour contrer la violence le 6 décembre prochain.