Envoyez un message à votre députée ou député

Infographic_SexualAssault_FR.png
french_infographic.jpg
YWCA-Stalking-2014-French-3.jpg

Ne blâmez pas la victime. C’est l’agresseur qui devrait subir la honte d’une agression sexuelle, et non la personne, bien souvent une fille ou une femme, qui a été agressée. Il n’y a pas de honte à avoir été agressée sexuellement. Il est cependant honteux et criminel pour une personne d’en agresser sexuellement une autre.   

On continue de faire des reproches aux victimes et de véhiculer des mythes sur les agressions sexuelles en raison de l’incapacité du système juridique à condamner les hommes qui commettent ces crimes. Il faut que les juges comprennent et appliquent les lois sur le consentement et la protection des victimes de viol. Les forces policières doivent absolument prendre au sérieux toutes les plaintes déposées par des femmes. Cela veut dire qu’elles doivent également intervenir rapidement quand des familles signalent la disparition d’une femme ou d’une fille des Premières Nations, métisse ou inuite.  

Dites à votre député.e qu’il est temps d’agir. Il est possible de lui envoyer un des messages ci-dessous, accompagné de la vidéo Elle porte votre blâme ou d’une des infographies suggérées. Choisissez le message, cliquez sur l’image, puis entrez votre code postal. Pour envoyer un tweet au premier ministre Trudeau, utilisez le code postal « H2P 1W8 ». Vous pouvez aussi vous rendre sur Twitter afin d’envoyer votre propre message en prenant soin d’inclure le mot-clic #Neblâmezpaslavictime.