Trousse de la Campagne des roses de YWCA


ÉLIMINER LA
VIOLENCE
FAITE AUX
FEMMES ET
AUX FILLES

Tous les ans, du 25 novembre au 6 décembre, la Campagne des roses de YWCA Canada pour mettre fin à la violence envers les femmes et les filles fait ressortir ce que nous pouvons faire pour qu’elles puissent vivre en sécurité. La campagne tire son nom du macaron à la rose, créé en commémoration du meurtre de 14 jeunes femmes de l’École Polytechnique de Montréal le 6 décembre 1989, par lequel on demandait à la population canadienne de porter le deuil d’abord, puis de travailler à changer les choses.

Pourquoi le 6 décembre?

Le 6 décembre est la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes au Canada; décrétée par le Parlement, elle rappelle le meurtre des jeunes femmes sur un campus universitaire achalandé de Montréal qui reste à jamais gravé dans notre histoire. Le choc, la tristesse et l’outrage ont été les réactions de la population canadienne. La tuerie commise par un homme qui avait ciblé les femmes a engendré des démarches accrues pour le contrôle des armes à feu et l’établissement des premières organisations masculines vouées à l’élimination de la violence envers les femmes.

Le 6 décembre est devenu le jour de commémoration du décès de ces femmes et de réengagement à agir pour mettre fin à la violence pour que nos rues, nos campus et nos foyers soient sécuritaires. Parce que le Canada n’est pas encore un pays sûr pour les femmes.

16 jours d’action

La Campagne des roses démarre le 25 novembre, c’est-à-dire à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Cette date correspond en outre au lancement des 16 jours d’activisme mondial, événement parrainé par le secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki Moon. Visitez les liens ci-dessous pour en apprendre davantage et pour y inscrire vos actions.

Pourquoi agir ?

  • 39 % des femmes rapportent qu’elles ont été victimes d’agression sexuelle à un moment de leur vie.
  • Tous les jours, plus de 3 000 femmes et 2 500 enfants se retrouvent dans un refuge d’urgence afin d’échapper à la violence familiale.
  • Toutes les semaines, au moins une femme au Canada – et parfois plus – est tuée par un partenaire actuel ou ancien.
  • Plus de 80 % des victimes de fréquentations violentes sont des femmes.
  • Les 2/3 des femmes victimes d’agression sexuelle ont moins de 24 ans.
  • Près de 60 % des femmes ayant des déficiences seront victimes de violence au cours de leur vie.
  • Près de 600 cas de femmes autochtones tuées ou portées disparues demeurent non résolus.
  • La violence contre les femmes coûte bien au-delà de 4 milliards de dollars chaque année en frais de services sociaux, de justice criminelle, de perte de jours d’emploi et de soins de santé. Le coût humain est beaucoup plus élevé.

Tout le monde peut passer à l’action pour mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles

Il y a des petites choses que vous pourriez faire pour mettre un terme à la violence. Participer à la Campagne des roses en planifiant des activités, des actions ou des événements à votre école, campus ou travail, ou dans votre communauté pour sensibiliser les gens et les inciter à agir constitue un bon départ.

Débutez par de petites choses :

Voici des actions quotidiennes:

  • favoriser un climat de gentillesse et de respect dans votre vie quotidienne.
  • exprimer à votre école et dans la communauté ce que vous pensez de la violence.
  • ne pas intimider les gens ni ignorer l’intimidation : la violence prend plusieurs formes.
  • soutenir les alliances gai-hétéro afin que vos camarades de classe GLBT soient en sécurité dans l’école.
  • surveiller votre langage : ce que vous trouvez amusant pourrait être blessant pour quelqu’un d’autre.
  • ne pas laisser tomber les choses : quand vous voyez quelque chose de mal se passer, dites que c’est mal.

Gestes que vous pouvez poser le 6 décembre :

  • encourager les enseignant(e)s, élèves et employé(e)s à promettre de mettre fin à la violence.
  • utiliser les annonces du matin pour souligner la journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes.
  • visiter campagnedesroses.ca et envoyer un courriel à votre député(e) fédéral(e) pour lui demander que le gouvernement fasse davantage pour éliminer la violence contre les femmes et les filles.

Vous voulez faire plus encore?

Voici des activités pour le 6 décembre : À l’école

  • Macarons à la rose : Vendez des macarons à la rose et encouragez les gens à les porter pour montrer leur appui. Vous pouvez commander les macarons à campagnedesroses.ca et les vendre pour collecter des fonds pour vos activités contre la violence.
  • Présentoir d’information : Au moyen d’affiches, d’œuvres d’art, de renseignements factuels et de chiffres, montez un présentoir Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes dans un endroit bien en vue de l’école. Vous pouvez acheter en ligne des affiches de la Campagne des roses et du 6 décembre à campagnedesroses.ca ou les commander auprès de Condition féminine Canada.
  • La création d’affiches et de messages originaux et authentiques est un moyen formidable de personnaliser la présentation. Consultez les ressources pour obtenir d’autres renseignements utiles au montage de votre présentoir.

Organiser une veille à la chandelle

Depuis le meurtre des femmes à l’École Polytechnique en 1989, partout au Canada on tient chaque année des veilles pour commémorer leur vie et attirer l’attention sur la nécessité d’agir au sujet de la violence faite aux femmes et aux filles. Les veilles se tiennent habituellement dehors et les participants allument des chandelles et posent des lanternes, des roses ou des fleurs pour marquer la vie de chacune des 14 femmes. On lit également leur nom pour leur rendre hommage.

Vous pourriez organiser une assemblée menée par des élèves ou une veille à l’heure du dîner en souvenir des femmes qui ont perdu la vie en raison de violence et pour rappeler la nécessité d’agir pour y mettre fin. Les assemblées peuvent comprendre des présentations PowerPoint, des installations artistiques, des lectures théâtrales, des sketchs et des spectacles de musique et de danse. Invitez les enseignant(e)s, le personnel scolaire, les élèves et les parents à y participer. Il y a sûrement dans votre communauté des conférencières et des expertes qui pourraient venir vous parler de la violence faite aux femmes. Communiquez avec la YWCA de votre localité ou un refuge pour femmes où l’on dispose de ressources et connaissances sur le sujet.

Usez d’originalité. Voici quelques conseils pour vous guider.

L’organisation d’une veille peut prendre jusqu’à quatre semaines si l’on compte la planification et la promotion. L’assemblée ou la veille peut être toute courte et ne durer que 15 minutes ou jusqu’à 30 minutes.

Il vous faudra :

  • un endroit (gymnase, auditorium, cafétéria, salle de classe ou espace à l’extérieur);
  • des bénévoles pour faire la narration et pour lire le nom des 14 femmes tuées. Invitez des hommes et des femmes pour marquer le devoir des hommes et des garçons dans les démarches pour mettre fin à la violence;
  • Chandelles, roses, lampes de poche ou autres symboles pour représenter les victimes du massacre de Montréal, ainsi que des articles supplémentaires pour marquer la vie d’autres femmes victimes de meurtre.

Vous pouvez écrire votre propre scénario de l’événement ou en télécharger un à www.campagnedesroses.ca

Encourager les enseignantes et enseignants à mener dans leur classe des discussions sur la violence envers les femmes

  • La violence contre les femmes est largement répandue et elle s’insinue de multiples façons dans la vie de chacun de nous. Travaillez avec vos enseignant(e)s à l’intégration de renseignements sur la violence envers les femmes dans leurs plans de leçons du 6 décembre. Ces renseignements pourraient être des statistiques, l’examination des lois, l’analyse de données, l’étude d’événements historiques où des femmes ont perdu la vie, un regard sur la façon dont la violence envers les femmes est décrite dans la littérature et les médias.
  • Animation d’un atelier : Invitez quelqu’un de YWCA de votre localité, d’un refuge pour femmes ou de la Campagne du ruban blanc, ou donner vous-même un atelier sur les saines fréquentations.
  • S’exprimer par l’art : Utiliser l’expression artistique pour sensibiliser davantage les gens à la violence faite aux femmes est un bon moyen d’attirer l’attention des élèves et des membres de la communauté. Sollicitez les enseignant(e)s de la section des arts de votre école pour obtenir du matériel. Ci-dessous se trouvent de bonnes activités de départ qui sont facilement adaptables aux divers contextes.
  • Silhouettes en carton | femmes disparues : Dans cet atelier d’art, vous invitez les participantes à découper et à peindre des silhouettes de femmes grandeur nature représentant des femmes victimes de meurtre ou portées disparues. Disposez les silhouettes à l’école ou dans la communauté pour attirer l’attention sur l’incidence de la violence et sur le départ de ces personnes.
  • Spectacle de statues vivantes : Montez une freeze mob. Pour créer ce genre d’événement, rassemblez les participantes dans un lieu public comme un centre d’achat, un centre de transit ou à l’école, et prenez des poses racontant une histoire ou créant du mouvement (comme pointer vers quelque chose). Ce genre d’événement risque de nécessiter davantage de planification, mais l’impact est majeur et transmet un message dynamique sur la violence faite aux femmes et aux filles.
  • Médias sociaux Twitter, Facebook, Pinterest : Utilisez les médias sociaux pour faire prendre conscience de la violence. Envoyez des tweets, participez à des blogues, affichez une image liée à la violence envers les femmes. Mettez un Twibbon de la Campagne des roses dans votre page Facebook ou comme photo Twitter.

Disperser des pétales de roses

Découpez des pétales de roses dans du papier construction. Il faut que les pétales soit assez gros pour permettre d’y écrire un message. Percez un trou dans chaque pétale et passez-y de la ficelle. Distribuez les pétales en demandant aux gens d’y écrire un message ou un souhait, lequel devrait promouvoir la non-violence ou refléter un souhait ou un souvenir profondément personnel. En général, il s’agira d’un souhait pour un avenir meilleur pour les femmes et les filles. Suspendez les pétales à un arbre. Collez l’arbre à un babillard ou à quelque autre endroit à l’école ou dans le voisinage.

AU TRAVAIL

  • Dîner et discussion Campagne des roses : Organisez une présentation-discussion à l’heure du dîner. Des organisations communautaires comme YWCA, la Campagne du ruban blanc et les refuges pour femmes sont de bons endroits où trouver des conférencières ou autres personnes pour animer un atelier.
  • Atelier sur les saines fréquentations : Parlez à des femmes et à des hommes des choix à faire pour entretenir de « saines » relations. Fournissez de l’information aux participant(e)s sur ce qu’il faut faire s’ils (ou une de leur connaissances) ont des relations nocives avec quelqu’un ou s’ils risquent eux-mêmes de se faire mal ou de porter préjudice à des personnes de leur entourage.
  • Portes ouvertes | Présentoir d’information : Montez un présentoir donnant des renseignements sur les services de votre communauté pour les femmes vivant des relations abusives.
  • Veille à la chandelle à l’heure du dîner
  • Partage d’idées : Usez d’originalité et faites-nous part de vos idées.

Nouveau départ est un guide d’information facile à utiliser et à comprendre qui examine les cycles de la violence et aide à dresser un plan de sécurité pour la sécurité, le bien-être et l’indépendance économique des femmes.

VOTRE sécurité

Ça va? Est-ce que votre relation est saine?

Dans une relation saine, on ::

  • se traite mutuellement avec respect
  • se sent en sécurité et à l’aise
  • n’agit pas violemment envers l’autre
  • résout les conflits de façon satisfaisante
  • se sent bien quand on est avec l’autre
  • se soutient mutuellement
  • s’intéresse à la vie de l’autre : santé, famille et travail
  • préserve sa vie privée
  • peut se faire confiance l’une l’autre
  • est actif sexuellement par choix
  • communique clairement et ouvertement
  • respecte la vie privée de l’autre
  • encourage l’entretien d’autres amitiés
  • est honnête sur ses activités sexuelles présentes et antérieures
  • sait que la plupart de nos connaissances voient la relation d’un bon œil
  • a plus de bons que de mauvais moments.

Dans une relation malsaine, une personne (ou les deux) :

  • essaie de contrôler ou de manipuler l’autre
  • rabaisse ou méprise l’autre, la dévalorise
  • ridiculise l’autre, la traite de tous les noms, fait courir des rumeurs à son sujet
  • force l’autre à s’habiller ou à se conduire d’une certaine façon
  • n’ a pas de temps à lui accorder
  • critique les amis ou la famille de l’autre
  • a peur des colères de l’autre
  • empêche l’autre d’entretenir des relations proches avec d’autres personnes
  • n’écoute pas quand l’autre lui parle
  • est excessivement possessif ou jaloux
  • contrôle l’argent ou l’avoir de l’autre (p. ex. cellulaire, téléphone)
  • blesse ou menace de blesser la famille, les animaux domestiques ou des objets que l’autre affectionne
  • pousse, arrache, déchire ou lance des objets
  • use de force physique ou menace de le faire pour empêcher l’autre de partir.

Alarme de sécurité YWCA

Des fréquentations saines? Il existe une app pour ça!

L’Alarme de sécurité YWCA permet à ses utilisatrices de bénéficier d’une alarme qui est activée en pressant le bouton de sécurité du iPod, Android ou Blackberry. En déclenchant l’alarme, des messages SOS urgents sont envoués par courriel et par téléphone à lorsque l’utilisatrice se sent en danger. Cette app offre aux Canadien(ne)s des informations sur la santé et la sécurité axées sur les jeunes femmes, à savoir : des questions-réponses sur la santé et le bien-être des femmes avec un accent sur les fréquentations et les interactions sociales; des tuyaux et des renseignements sur la sécurité et le bien-être; des liens aux associations de YWCA de partout au Canada, ainsi qu’à des centres de détresse et de ressources en santé.

Transformez votre Smartphone en appareil intelligent.

Visitez ywcacanada.ca pour télécharger GRATUITEMENT l’Alarme de sécurité YWCA pour votre iPhone, Android ou BlackBerry.

Comment montrer votre soutien ?

Distribuez des macarons à la rose, des signets et des dépliants à des étudiant(e)s, employé(e)s, clients, partenaires communautaires et intervenants. La Campagne des roses est aussi une excellente occasion de collecter des fonds pour des groupes et organismes offrant des programmes et services axés sur la lutte contre la violence. Achetez des macarons pour 50 cents et revendez-les à 1 dollar ou plus.

Vous voulez passer une commande?

Pour de plus amples informations, communiquez avec YWCA Canada par : Courriel | 416-962-8881